Tout savoir sur l’éolien terrestre


Vous vous posez des questions ? Voici des éléments de réponses qui pourront vous aider.

Le développement local de l’éolien nécessite l’implication de chacun au bénéfice de tous !

L’éolien en Bretagne par ses habitants et ses territoires from Région Bretagne on Vimeo.

  • Comment faire de l’électricité avec du vent ?

On utilise un aérogénérateur, plus communément appelé « éolienne ».

Son fonctionnement est simple et s’inspire de la technologie des moulins à vent.

La machine se compose de 3 pales (en général) portées par un rotor et installées au sommet d’un mât vertical. Cet ensemble est fixé par une nacelle qui abrite un générateur. Un moteur électrique permet d’orienter la partie supérieure afin qu’elle soit toujours face au vent.

Les pales permettent de transformer l’énergie cinétique du vent (énergie que possède un corps du fait de son mouvement) en énergie mécanique (mouvement mécanique des pales). Le vent fait tourner les pales entre 10 et 25 tours par minute. La vitesse de rotation des pales est fonction de la taille de celles-ci. Plus les pales seront grandes, moins elles tourneront rapidement.

Le générateur transforme l’énergie mécanique en énergie électrique. La plupart des générateurs ont besoin de tourner à grande vitesse (de 1 000 à 2 000 tours par minute) pour produire de l’électricité. Il faut donc d’abord que l’énergie mécanique des pales passe par un multiplicateur qui a pour rôle d’accélérer le mouvement lent des pales.

L’électricité produite par le générateur a une tension d’environ 690 volts. Ne pouvant pas être utilisée directement, elle est traitée grâce à un convertisseur, et sa tension est augmentée à 20 000 volts. Elle est alors injectée dans le réseau électrique et peut être distribuée aux consommateurs.

(Source : mtaterre.fr)

  • Où placer les éoliennes ?

Le choix d’un site éolien doit prendre en compte différents critères :

  • le site doit  être suffisamment venté. Dans l’idéal, les vents doivent être réguliers et suffisamment forts, sans trop de turbulences, tout au long de l’année. Les éoliennes fonctionnent pour des vitesses de vent comprises entre 14 et 90 km/h. Au-delà, elles s’arrêtent pour des raisons de sécurité. La production électrique varie selon la vitesse du vent. C’est avec des vents de 45 à 90 km/h que l’éolienne produit sa puissance maximale.- ne pas être soumis à certaines contraintes (aéronautiques, radars, etc…) ;
  • prendre en compte le patrimoine naturel, en particulier l’avifaune (faune animale des oiseaux) et les chauves souris et éviter les zones protégées (telles que les réserves) ;
  • ne pas prendre place dans des secteurs architecturaux ou paysagers sensibles (sites inscrits et classés, paysages remarquables…)…

(Source : mtaterre.fr

  • Pourquoi les éoliennes ne tournent pas tout le temps ?

On considère qu’une éolienne tourne environ 90% du temps, à des régimes variables (fonction du vent). En moyenne, la quantité d’énergie qu’elle produit est équivalente à celle qu’elle produirait si elle ne fonctionnait que 2200 h (soit le quart d’une année) à pleine puissance. Au sein d’un parc éolien en fonctionnement certaines éoliennes peuvent être à l’arrêt ou tourner plus lentement que d’autres. Plusieurs facteurs peuvent être à l’origine de cette situation :

  • des travaux d’entretien et de reconfiguration du réseau de distribution ou de transport d’électricité, des opérations de maintenance ou de réparation des aérogénérateurs mais également la survenue de fortes rafales de vent peuvent nécessiter une déconnexion d’une ou plusieurs éoliennes ;
  • des raisons environnementales (limitation des niveaux de bruit incidents, des effets stroboscopiques, des impacts sur les chauves-souris,…) peuvent nécessiter ponctuellement le bridage ou l’arrêt d’une ou plusieurs éoliennes ;
  • un vent insuffisant ne permet pas la mise en route des éoliennes (vitesse de vent minimale nécessaire : 2 à 3 m/s).

(Source : Eolien terrestre, préjugés ou vérités ? Quelques idées reçues, éléments de réponses et commentaires (document édité par la DREAL Pays de La Loire – mars 2014)

  • Quelle distance par rapport aux habitations? 

Les éoliennes dont la hauteur des mats dépasse 50m sont soumis au régime de l’autorisation au titre de l’ICPE. Le Préfet doit donc délivrer une autorisation d’exploiter le parc éolien. La délivrance de cette autorisation est subordonnée au respect d’une distance d’éloignement entre les installations et les constructions à usage d’habitation, les immeubles habités et les zones destinées à l’habitation définies dans les documents d’urbanisme en vigueur au 13 juillet 2010 et ayant encore cette destination dans les documents d’urbanisme en vigueur, cette distance étant, appréciée au regard de l’étude d’impact prévue à l’article L. 122-1. Elle est au minimum fixée à 500 mètres.

(Source : article L515-44 du code l’environnement).

  • L’étude d’impact

L’étude d’impact a pour objectif de situer le projet au regard des préoccupations environnementales. Conçue comme un outil d’aménagement et d’aide à la décision, elle permet d’éclairer le Maître d’Ouvrage sur la nature des contraintes à prendre en compte en lui assurant le contrôle continu de la qualité environnementale du projet.
L’étude d’impact sur l’environnement et la santé des populations est un instrument essentiel pour la protection de la nature et de l’environnement. Elle consiste en une analyse scientifique et technique des effets positifs et négatifs d’un projet sur l’environnement. Cet instrument doit servir à la protection de l’environnement, à l’information des services de l’Etat et du public, au Maître d’ouvrage en vue de l’amélioration de son projet.

Elle comprend différentes thématiques : le paysage, l’acoustique, la faune et la flore…

  • Le pacte électrique 

Co-signé le 14 décembre 2010 par l’État, la Région Bretagne, l’ADEME, RTE et l’ANAH (Agence nationale de l’habitat), le Pacte électrique breton est un dispositif ambitieux visant à apporter une réponse durable au défi de l’approvisionnement électrique de la Bretagne. Aujourd’hui, 9,5 % de l’électricité consommée en Bretagne est produite dans la région.
Le Pacte électrique breton repose sur trois piliers indissociables et complémentaires :

  • La maîtrise de la demande en électricité avec pour l’objectif de diviser par 3 la progression de la demande en électricité d’ici 2020 en poursuivant la sensibilisation du grand public, soutenant l’animation des politiques énergétiques sur les territoires, en renforçant les dispositifs de rénovation thermique des logements, etc.

  • Le déploiement massif de toutes les énergies renouvelables pour multiplier par 4 la puissance électrique renouvelable installée d’ici 2020, soit 3 600 MW.
  • La sécurisation de l’approvisionnement grâce à un réseau de transport de l’électricité renforcé, à l’implantation d’une unité de production électrique à l’ouest de la Bretagne, et à l’intensification de l’expérimentation des réseaux électriques intelligents et du stockage de l’énergie.

Des objectifs chiffrés, un plan d’actions détaillé et multi-partenarial, des moyens financiers dédiés, ont été définis pour chacun de ces piliers. C’est bien l’association des 3 piliers qui est indispensable pour apporter une réponse globale et satisfaisante à la situation bretonne à court, moyen et long terme.

nb : les partenaires du pacte électrique breton se sont réunis le mardi 14  décembre 2010 pour signer le document. Le document a été ratifié par le président du Conseil régional après examen du texte par l’Assemblée régionale, le 6 janvier 2011.

Le développement des énergies renouvelables

En matière de développement des énergies renouvelables, l’objectif visé est l’installation de 3600 MW à l’horizon 2020, ce qui représentera 34% de la consommation bretonne. Il donc prévu de manière très volontariste de multiplier la puissance installée par 4 en seulement 10 ans, pour parvenir à une production équivalente à 2 fois la consommation annuelle de l’industrie bretonne.

(Source : http://www.plan-eco-energie-bretagne.fr/jcms/c_7683/pacte-electrique-breton)

A la mi-2016, la région Bretagne comptait 930 MW de production éolienne installée.

(Source : Observatoire de l’éolien 2017, FEE)

FAQ

Eolien terreste, préjugés ou vérités ? Quelques idées reçues, éléments de réponses et commentaires (document édité par la DREAL Pays de La Loire – mars 2014)

Observatoire de l’éolien 2017 – Analyse du marché, des emplois et du futur de l’éolien en France (FEE – septembre 2017)

Etude IFOP 2016 sur l’acceptabilité de l’éolien (IFOP pour FEE – 2016)